Deutsch   English   Français  Anmelden  

Ecran noir - Paradies - Liebe

20.1.2013

Texte

Si la première partie du film joue sur un humour presque burlesque, faisant passer la voyageuse pour une femme un peu sotte mais sympathique, la seconde transforme cette légèreté en sentiment d'abjection et de révolte. Comme précédemment chez Seidl, cette prise de conscience du spectateur ne peut passer que par une succession de scènes d'humiliation étirées jusqu'à la nausée. La gradation dans cette humiliation (d'abord naïve et maternelle, jusqu'à devenir cruelle et violente) permet d'interpeller les esprits sur la déliquescence d'une société qui tolère de telles pratiques, sur la misère affective de celles qui les exercent, et sur le degré d'acceptation de ceux qui les subissent. PARADIES: LIEBE