Deutsch   English   Français    S’inscrire  

Magic Hour

Visions du Réel Nyon 2000

Magic Hour

A 1999 44'

Réalisation: Manfred Neuwirth
Image: Manfred Neuwirth
Son: Dietmar Schipeck
Montage: Manfred Neuwirth

Pour le troisième volet de sa trilogie, après ses films sur le Tibet et le Japon, Manfred Neuwirth tourne sa caméra vers une réalité qui lui est plus proche: celle de la Basse-Autriche, où il a grandi et où il vit encore. Le regard est le même: il interroge inlassablement les détails de la vie quotidienne, d’une bouteille de bière sur une table de pique-nique au lent défilé des nuages. Le but: rendre la fraîcheur de la vision à des images brouillées par l’habitude. Observé à distance à travers une clôture grillagée, un match de football se charge soudain de mystère. Et en gros plan, les plis d’un accordéon prennent des proportions presque abstraites.
Comme les autres films de sa trilogie, MAGIC HOUR est composé d’une série de prises de durée égale, ralenties à un cinquième de leur vitesse normale, que séparent des fondus au noir. L’ambiance sonore apporte souvent un contrepoint aux images. Neuwirth associe la précision d’un film structurel au lyrisme d’un journal vidéo. Observés au ralenti, les gestes de la vie quotidienne sont porteurs d’un pathos qu’on ne remarquerait pas à une vitesse normale. Neuwirth semble fasciné par la capture de l’éphémère: les feux d’artifice, les lumières clignotantes, le son de l’eau qui coule ou de la radio des voitures qui passent. Dans le vocabulaire cinématographique, l’«heure magique» désigne la qualité très particulière de la lumière juste avant le crépuscule. Une rencontre éphémère entre deux éléments de la physique: le temps et l’optique. Cette rencontre est explorée tout au long du film, comme dans ce plan où une cloche d’église sonne hors champ alors que la caméra suit le dessin des pavés.
Visions du Réel Nyon 2000