Deutsch   English   Français    S’inscrire  

Les petites couleurs

Regarder en ligne:
Pass:Les petites couleurs (F)
540p Français ST -

Pass:Les petites couleurs (D)
540p Français ST Deutsch

Pass:Les petites couleurs (E)
540p Français ST English


Voir nos films en streaming (flat rate):
artfilm.pass 1
pour 1 jour 5 CHF
artfilm.pass 30
pour 30 jours 12 CHF
artfilm.pass 365
pour 365 jours 80 CHF

Trailer:
Petites couleurs (Showreel)



Les petites couleurs
CH 2002 94'

Réalisation: Patricia Plattner
Scénario: Sarah Gabay
Image: Matthias Kälin
Montage: Maya Schmid, Jeanetta Ionesco
Musique: Jacques Robellaz
Production: Light Night Production SA
Avec: Anouk Grinberg, Bernadette Lafont, Philippe Bas, Gilles Tschudi, Jean-Pierre Gos, Christian Gregori


Internet:
Strictly Filmschool

outwnow.ch



ISAN:0000-0000-2C02-0000-6-0000-0000-J





Patricia Plattner CH 2002 94'


Après une violente dispute, Christelle, une coiffeuse battue par son mari, prend la fuite. Elle échoue dans un motel vieillot, Le Galaxy, fréquenté par des routiers et des représentants de commerce. Mona, la patronne, une émouvante et pétulante veuve, prend Christelle sous son aile et l'aide à retrouver goût à la vie. Elles se découvrent une passion commune pour un soap-opéra télévisé: «Le Ranch de l'Amour». Mais Christelle doit faire face au retour de son mari, alors que, grâce à Mona et à ce nouvel environnement, elle prend conscience de ses dons créatifs. Elle fait aussi des rencontres et découvre sa sensualité, le désir et… l'amour de Lucien, un jeune camionneur. Tiraillée entre sa volonté d'autonomie et de nouveaux engagements amoureux, elle devient coiffeuse ambulante et sillonne les campagnes jusqu'au jour où Mona, Lucien et le dernier épisode de son feuilleton favori lui ouvrent de nouveaux horizons.

Avec sa nouvelle fiction LES PETITES COULEURS, Patricia Plattner développe dans une belle simplicité le thème de la solidarité entre deux femmes (interprétées par Anouk Grinberg et Bernadette Lafont). Si le sujet du film est profond, Patricia Plattner le traite de façon plutôt ludique, en introduisant notamment un film dans le film, Le ranch de l'amour, un soap-opera auquel elle sera la seule à croire au moment de l’écriture avec Jacques Robellaz, son comparse de toujours pour la musique. Cette fois, son film rencontre un public. Il a quelque chose de suisse, un rythme, une façon, un ancrage dans le paysage (pourtant un no man’s land !): il plaît. Largement vu en Suisse et ailleurs, en France, en Allemagne, et jusqu’au Japon, le film trouve sa place au box-office et dans les festivals. Il rapporte même de l’argent. Pari gagné.