Deutsch   English   Français    S’inscrire  

Tulpan




Des oreilles décollées peuvent poser un énorme problème, à moins d'être le prince Charles. Lorsque le marin Bulat arrive chez la famille de sa sœur dans la steppe kazakhe, il veut devenir berger. Et pour cela il a besoin d'avoir une femme. Mais la timide Tulpan qui l'ensorcelle immédiatement, trouve que ses oreilles sont absolument inacceptables. Désespéré, Bulat veut se pendre, mais cela n'est pas si simple que cela dans une immensité dépourvue d'arbres. Et voilà que ce jeune homme pataud entreprend de se battre: contre ses oreilles, contre la mauvaise humeur de son beau-frère, et contre les brebis qui se mettent soudain à mettre bas leurs agneaux toutes en même temps…

Sergey Dvortsevoy n’hésite pas à donner à son film le nom d’une jeune femme que l’on ne verra jamais. Elle échappe au regard d’Asa, qui en est sincèrement amoureux et qui lui propose en partage son rêve de bonheur au coeur de l’immensité de la steppe kazakhe. Tulpan est ainsi le récit d’une absence douloureuse et quête d’une initiation à l’élevage de moutons, qui transforme un jeune homme fraîchement libéré de ses obligations militaires (dans la marine!) en chef d’une famille à venir.
TULPAN est pour le moins un film enraciné dans la réalité de cette steppe inhospitalière où les éleveurs mènent en semi-nomades une vie adonnée aux tempêtes de sable, à la sécheresse, aux maladies qui frappent les troupeaux, mais aussi aux bonheurs de la vie familiale. Sergey Dvortsevoy reste le cinéaste des plans longs qui se saisissent du réel pour le transformer en récits habités de personnages, animaux y compris, d’une présence stupéfiante. La fiction ne rigidifie rien! Le style épure la représentation, c’est une affaire de plans et de montage, qui donnent la mesure des temps profonds de l’histoire racontée. Admirable nuit dans la yourte, l’endormissement de l’enfant, le chant maternel, la tendresse féminine; spectaculaire mise bas de brebis, qu’aucune coupe intempestive ne précipite. L’art de Sergey Dvortsevoy? La création d’un univers en équilibre entre les lois du récit et l’exploration des mouvements mêmes de la vie, dont il rend les rythmes intimes dans leur inépuisable beauté.
Visions du Réel Nyon 2009