Deutsch   English   Français    S’inscrire  

E Nachtlang Füürland

Streaming:
Pass:E Nachtlang Füürland (CH)
540p Schweizerdeutsch ST -


Voir nos films en streaming (flat rate):

artfilm.pass 1
pour 1 jour 5 CHF
artfilm.pass 30
pour 30 jours 12 CHF
artfilm.pass 365
pour 365 jours 80 CHF

  Acheter DVD chez cede.ch                                                                                                                                                                                                                                                    

outwnow.ch


ISAN: 0000-0000-6710-0000-T-0000-0000-O

Grosser Max Ophüls Preis 1981

E Nachtlang Füürland

CH 1981 90'

Réalisation: Clemens Klopfenstein, Remo Legnazzi
Musique:: Alphalt Blues Company
Avec: Max Rüdlinger, Christine Lauterburg, Adelheid Beyeler, Marlene Egli, Maria Wiesmann

Clemens Klopfenstein, Remo Legnazzi 1981 90'

Berne 1981, pendant le mouvement des jeunes: Un speaker à la radio rencontre une jeune femme enthousiaste et ensemble ils passent la nuit dans les rue et rêvent de changer le monde.

Berne, le 13 janvier: Cérémonie de présentation des voeux du président de la Confédération − des diplomates arrivent dans des limousines officielles devant le Palais fédérale. Max Gfeller, porte-parole chez Radio Suisse International, va chercher pour son travail la version imprimée du discours de Kurt Furgler, président de la Confédération. On y parle beaucoup des droits humains et du droit de chacun à avoir un peu de bonheur sur terre. Dans la ville, le mouvement bernois manifeste en faveur d’une maison de jeunes autonome. Max, le vieux soixante huitard, est confronté avec la réalité politique, la frustration au boulot, les difficultés que pose sa relation, qui dure depuis de nombreuses années et l’incertitude de sa situation au sein de la scène bernoise. Dans la nuit du 13 janvier, il tente d’opérer une césure nette dans sa vie en émigrant en Terre de Feu, où il souhaite aborder tout différemment... «Nous avons essayé de restituer l’espace d’un instant, l’espace d’une nuit notre environnement, et de laisser les gens que nous avons rencontrés au bistrot s’interpréter eux-mêmes; de fixer sur la pellicule les espoirs et les souhaits, parce que c’est plus possible dans un film que dans la réalité. Nous avons laissé Max exprimer nos doutes et nos incertitudes ou bien aussi parfois l’incapacité à le faire.»