Deutsch   English   Français  Se connecter  

Classe d'acceuil

Regarder en ligne:
Pass:Classe d'acceuil (D)
540p Français ST Deutsch

Pass:Classe d'acceuil (F)
720p,540p Français ST -


Voir nos films en streaming (flat rate):

artfilm.pass 1
pour 1 jour 5 CHF
artfilm.pass 30
pour 30 jours 12 CHF
artfilm.pass 365
pour 365 jours 80 CHF

Classe d'acceuil

CH 1998 55'

Réalisation: Fernand Melgar
Image: Camille Cottagnoud, Thomas Wüthrich
Son: Gilles Abravanel, Bastien Moeckli, Nadejda Magnenat
Montage: Fernand Melgar, Béatrice Liardet
Musique: Pascal Comelade, Diatonikachromatik, Ka bûkamin Semdîn


Internet:
Climage

ISAN:0000-0000-D7B7-0000-P-0000-0000-0



Fernand Melgar CH 1998 55'

Juin 97: quatorze élèves, âgés de 11 à 17 ans, se partagent les bancs de la classe d'accueil d'Anne Juri au Collège de Marcolet à Crissier. Catholiques et musulmans, ils sont kurdes, bosniaques, portugais, brésiliens. Certains sont venus ici pour rejoindre leurs parents saisonniers dont le permis empêchait jusqu'alors toute possibilité de faire venir leurs enfants. Les autres, rescapés de la guerre en Bosnie, vivent sommairement dans un centre d'accueil pour requérants d'asile. Après un an de cette vie communautaire, quelques-uns ont été relogés en appartement, dans un quartier de HLM, où, avec leurs parents désoeuvrés, ils sont confrontés à une population hostile à leur présence, qu'elle soit suisse ou immigrée de longue date. Ces enfants goûtent à cette vie nouvelle que leur offre une Suisse qu'ils idéalisent et découvrent au cours d'une course d'école dans les Alpes. Les moments privilégiés qu'ils partagent avec leur maîtresse leur font oublier des lendemains incertains: un renvoi imminent pour les réfugiés bosniaques ou un avenir professionnel bouché pour les autres.

Entremêlant les images d'une Suisse idyllique à une réalité beaucoup moins utopique, ce film dépeint l'univers de ces jeunes adolescents, tiraillés entre le souvenir de leur terre natale et le désir de s'implanter dans notre pays. Comment apprendre à lire et à écrire une autre langue quand on n'a jamais tenu un crayon dans son propre pays ? Comment jouir du privilège d'apprendre quand on a sans cesse devant les yeux l'image de son père assassiné? Et puis, pourquoi se donner tant de mal si c'est pour repartir dans six mois? Au travers de six portraits, CLASSE D'ACCEUIL nous renvoie la réalité crue de ces enfants et de leurs familles recomposées.

En quête d'une nouvelle identité, ces enfants ne comprennent pas qu'ils sont dans un pays qui semble avoir perdu la sienne et oublié que le pluralisme et la diversité sont au fondement même de sa constitution.

"Un remarquable documentaire qui étonne et détonne par sa démarche antijournalistique. Sans commentaire, sans parti pris, sans effet de manche, il n'en soulève pas moins quantité de questions, tranquillement, en filigrane, au gré d'une poignée de portraits croisés."
24heures

Les premières classes d'accueil de Lausanne ont été créées en 1988. Jusqu'alors, les élèves non francophones, principalement italiens, portugais ou espagnols, avaient la possibilité de suivre les cours intensifs de français pour essayer de rattraper le niveau scolaire des élèves suisses. Mais avec la diversification de la population migrante et l'afflux de requérants d'asile, l'instruction publique s'est rendu compte que le problème des étrangers ne se limitait plus à un problème de langue. D'une part, le niveau d'instruction des élèves devenait de plus en plus bas (certains enfants n'étaient même jamais allés à l'école avant de venir en Suisse) et d'autre part ils avaient parfois subi de tels traumatismes qu'il fallait pouvoir panser leurs plaies avant de leur enseigner la grammaire.

Melting-pot de cultures, ces classes regroupent des enfants dont la langue, la confession, l'âge et le niveau scolaire sont très différents. Les effectifs dépassent donc rarement une douzaine d'élèves et l'enseignement y est plus lent, plus personnalisé, et plus particulièrement axé sur l'étude du français. De plus - crises et conflits obligent - de nouveaux élèves sont introduits en classe en cours d'année, ce qui alourdit le travail des enseignants. Pour Bernard Courvoisier, doyen des treize classes d'accueil lausannoises, “les enseignants prêts à effectuer ce travail doivent réaliser qu'il dépasse, et de loin, la pédagogie. C'est un travail social”.

En principe, l'enfant reste en classe d'accueil une année au moins avant de pouvoir réintégrer une classe “normale”. Les élèves arrivés en Suisse à l'âge de 13 ou 14 ans n'ont donc souvent pas le temps de rattraper le niveau d'une terminale avant la fin de leur scolarité obligatoire. Leur intégration dans le système de formation se révèle en effet fort difficile. Dans un système scolaire de plus en plus sélectif, accéder à des études supérieures ou à une formation professionnelle convenable paraît dès lors presque impossible. Aussi, dans le meilleur des cas, ils espèrent trouver, avec l'appui de leur enseignant, un stage rapide et précaire qui leur permettra d'exercer pour un salaire misérable, des besognes peu prisées par les Suisses.

Le cinéaste Fernand Melgar a réussi, dans CLASSE D'ACCEUIL, à transmettre une image nuancée de l'insécurité intérieure et extérieure de ces jeunes «immigrés»; il y parvient sans apporter de commentaire, en donnant la parole aux intéressés. Il saisit des moments heureux mais aussi mélancoliques dans la vie de ces jeunes, en touchant au registre des émotions; il soulève de nombreuses questions, notamment à propos de l'identité des jeunes, de la Suisse terre d'asile, de la xénophobie. Les personnes interrogées dans le film s'expriment librement sur des thèmes souvent délicats. C'est également le cas de l'habitante du quartier qui, elle-même Française, se plaint du grand nombre d'étranger et d'étrangères dans sa ville. Ses propos sont représentatifs pour beaucoup de Suisses qui n'ont pas la même attitude selon l'origine des réfugiés. Bruno le jeune Portugais a plus de facilité à se faire accepter qu'Amir venu de Bosnie; mais les peurs quant à l'avenir sont les mêmes pour tous les deux.

Tandis que les jeunes réfléchissent à haute voix sur leur vie entre deux cultures et leur avenir professionnel devant l'arrière-plan idyllique des Alpes valaisannes, nous nous trouvons, en tant qu'observateurs, confrontés en même temps à la question de l'identité de la Suisse. Il en résulte une situation paradoxale: les jeunes étrangers/étrangères admirent un pays qui se trouve lui-même à la recherche de son identité. La déclaration d'Amir - «quelquefois, j'aimerais bien être Suisse» - ne doit pas faire oublier que les enfants continuent d'être marqués par les horreurs de la guerre en Bosnie et que dans ce contexte, la Suisse signifie pour eux tout bonnement «la vie». Quoi qu'il en soit, ces points de vue contrastés sont propres à susciter des discussions intéressantes, entre autres sur le rôle de la Suisse comme pays d'accueil pour les réfugiés.

Le film transmet malgré tout un message d'espoir, surtout par les portraits impressionnants des jeunes qui, grâce à leur volonté de vivre et à leur manière de faire face à leur avenir incertain, tentent de surmonter leur passé.