Deutsch   English   Français  Se connecter  

Charbons ardents

Visions du Réel Nyon 1999

Charbons ardents

F 1999 142'

Réalisation: Jean-Michel Carré
Scénario: Jean-Michel Carré
Image: J.L. Cohen
Son: S. Richard, A. Rodet
Montage: M. Mazurek
Production: Les Films Grain de Sable

L'utopie c'est la vérité de demain

Ce film relate l'aventure extraordinaire des mineurs gallois de la Tower Colliery, qui, en 1994, à la veille d'être brisés par la fermeture de leur mine dans le cadre de la politique de privatisation de Mme Thatcher, décident de relever la tête. Investissant leurs indémnités de licenciement (20'000 CHF), les mineurs votent le rachat de leur entreprise dont ils deviennent ainsi les actionnaires et les patrons tout en continuant l'exploitation.

Dans les années quatre-vingt, la confrontation entre Thatcher et Scargill sur la façon de mener l’économie du pays, provoque en Angleterre une série de mesures rigoristes de l’Etat à l’encontre de la classe ouvrière et plus particulièrement vis à vis des mineurs dont le syndicat constituait un front d’opposition trop puissant. Comme la plupart des mines, l’exploitation de Towell dans le pays de Galle, est alors arrêtée. Décidant de ne pas céder à l’amertume et refusant de pointer au chomage, un groupe de mineurs envisage de racheter le terrain, et propose à chacun des employés de réinvestir sa prime de licenciement pour devenir actionnaire de la nouvelle société. Contre toute attente la coopérative voit le jour et chacun reprend son travail. Désormais gérée par un groupe d’hommes élus au sein du personnel, la mine a survécu mais doit envisager son avenir, car d’ici quinze ans la veine sera épuisée.
Durant plusieurs mois, Jean-Michel Carré observe le travail des différents employés et le partage des responsabilités. Des cols blancs aux mineurs de fond, en passant par le nouvel apprenti accueilli au sein de la société, il dresse le portrait de quelques acteurs de cette utopie en marche. La gestion de cette entreprise au quotidien n’est cependant pas toujours aisée. Autorisé à assister aux assemblées générales, Jean-Michel Carré filme l’exercice délicat de la démocratie directe. Les directeurs qui s’engagent pour préserver l’emploi dans la région à long terme, se confrontent régulièrement à la frilosité des actionnaires qui craignent la perte de leur capital à court terme. Pourtant jusqu’ici Towell vit, et face aux échéances les plus dures il est clair que ces hommes sauront à nouveau prendre des risques, ne serait-ce que pour prouver qu’il existe une possibilité d’échapper au sacro saint modèle libéral. En définitive charbons ardents dresse avec vaillance le portrait d’une alternative qui place l’emploi, la solidarité et l’humain au coeur du projet.
Visions du Réel Nyon