Deutsch   English   Français  Anmelden  

Films suisses à Locarno jeudi 10 août

9.8.2006

Texte

11h00 La Sala Appellations Suisse
NACHBEBEN de Stina Werenfels
Banquier investisseur, Hans-Peter semble avoir traversé le crash boursier comme une fleur. Lors d‘une grillade avec ses amis banquiers, la jeune fille au pair danoise menace de révéler sa liaison secrète avec le patron (marié) de H-P. Quant à H-P, il ne souhaite qu‘une chose: être bien avec tout le monde. Or, le lendemain, il aura tout perdu: sa maison, sa femme, ses amis et son travail...

11h00 Palavideo Play Forward
ALIAS de Aldo Runfola (court-métrage)

11h00 Forum
Somewhere in Between: La place du cinéma entre beaux-arts, fiction et réalité. Avec Marc-Olivier Wahler, Pascale Cassagnau, Shirin Neshat, Masbedo, Pascal Rambert, Franco Marinotti, Vincent Dieutre.

14h00 Otello Ascona Cinéastes du Présent
QUE VIVA MAURICIO DEMIERRE de Stéphane Goël
En 1979, au Nicaragua, le régime dictatorial de la famille Somosa est renversé. Exaltés par cette révolution, de nombreux militants européens sont venus soutenir le mouvement. Parmi eux, les Suisses Chantal et Maurice Demierre. Mais en 1986, Maurice fut brutalement assassiné lors d'une embuscade tendue par des contre-révolutionnaires. Vingt ans après, Chantal décide de revenir au Nicaragua sur les lieux du drame et sur les traces des personnes qui ont partagé ces années de lutte et de solidarité et pour jouer une pièce de théâtre sur ce thème-là. Le film retrace la vie d'une génération de militants qui a découvert, brusquement, la réalité de la lutte révolutionnaire et rencontré le monde paysan qui, pendant plus d'une décennie, a cru dans la possibilité d'un monde plus juste.
(Sur les traces des pharaons noirs, Le poison - Le crime de Maracon, Campagne perdue)

18h30 L'altra Sala Semaine de la Critique
DAS ERBE DER BERGLER - ALPINE SAGA de Erich Langjahr
Ce n'est pas n'importe quel jour d'été, mais LE jour d'été, soit le jour de la fête nationale suisse, le 1er août, que les hommes du Muotatal se mettent en route. Ils attachent leurs chaussures de montagne, ajustent le sac à dos sur les épaules et montent, de bon matin, portant le regard sur la montagne. Les Schwyzois Erich, Toni et Anton ont un rude travail qui les attend. Ils partent des cabanes de montagne et gravissent les pentes raides, équipés de faux, de filets à foin, de cordes, de sabots à crampons et animés d'une volonté de fer. Les hommes vont faucher et récolter le foin sauvage. Silencieux, patients, efficaces. Les faucheurs de foin sauvage s'occupent de la conservation du paysage - et maintiennent une tradition montagnarde qui aujourd'hui se fait rare. Car ce dur travail de Sisyphe, sur les pentes raides de l'"Hinteren Heubrig", est désintéressé mais pas inefficace, fructueux mais pas commercial. Ils fauchent les prairies montagnardes, attachent le foin, entreposent des bottes de foin de 100 kilos dans les cabanes et les descendent dans la vallée, en partie en hiver, sur des luges. Grâce aux fenaisons, ils stabilisent la terre des montagnes, empêchent l'érosion par la neige et préviennent les stries.
(Hirtenreise ins dritte Jahrtausend)

22h00 Rialto 2 A propos du Cinéma
RIVIERA COCKTAIL de Heinz Bütler

22h00 Rialto 1 Appellations Suisse
THE SHORT LIFE OF JOSÉ ANTONIO GUTIERREZ de Heidi Specogna
Elevé dans la rue, le Guatémaltèque Antonio Gutierrez fut l'un des 300'000 soldats envoyés par l'armée américaine en Irak, en mars 2003. Il fut par ailleurs la première victime du côté américain lors de ce conflit, ce qui en a fait une sorte de héros aux USA. Il s'était engagé dans l'armée étatsunienne, car celle-ci lui avait fait la promesse de lui fournir la nationalité américaine.