Deutsch   English   Français  Anmelden  

Chronique vigneronne

Streaming:
Pass:Chronique vigneronne (F)
540p Français UT -

Pass:Chronique vigneronne (D)
540p Français UT Deutsch

Pass:Chronique vigneronne (E)
540p Français UT English


Unsere Filme im Streaming anschauen (Flat rate):

artfilm.pass 1
für 1 Tag 5 CHF
artfilm.pass 30
für 30 Tage 12 CHF
artfilm.pass 365
für 365 Tag 80 CHF

  DVD bei swissdvdshop.ch kaufen                                                                                                                                                                                                                                                    



Jacqueline Veuve 1999 84'

Comment à partir du raisin élabore-t-on du vin? Le film relate, au rythme des quatre saisons qui constituent l'année vigneronne, le travail, les soucis et les joies d'une famille de vignerons-encaveurs, les Potterat de Cully (Lavaux, Suisse). Trois générations se côtoient et préservent la tradition. Les techniques ont évolué, les connaissances se sont approfondies, mais dans la région de Lavaux, la petitesse des parcelles empêche l'excès de mécanisation. L'amour de «la belle ouvrage «définit ces «jardiniers de la vigne» sensibles à la nature, admiratifs des belles grappes, fiers du lien qui les attache à leur terre.

Mon film tente de rappeler tout le travail qu'il y a derrière chaque verre de vin.
Jacqueline Veuve

Car qui s'est aventuré à un seul de ses films sait qu'on ne s'y ennuie pas. Happé par l'effet de proximité, surpris par la qualité de ce regard ou pris d'une furieuse envie d'en débattre, le spectateur se sent interpellé. Avec cette "chronique" qui relate l'année vigernonne d'une petite exploitation du Lavaux, la cinéaste-ethnologue poursuit un travail de longue haleine commencé il y a plus de trente ans, unique en son genre.
Norbert Creutz, Le Temps

Au-delà de la beauté de cette chronique vigneronne, de la poésie qui s'en dégage,on retiendra surtout une impressionnante sensation d'harmonie entre l'homme, le sol et la plante.
Jean-Yves Nau, Le Monde

Malgré la beauté du paysage, la cinéaste évite la sensation de l'églogue. Le monde moderne est en marche, les fils Potterat ont fait l'école de viticulture de Changins, la culture change, les hélicoptères arrosent les parchets. Le grand-père constate qu'avec les machines on n'entendplus que le bruit du moteur, plus celui des oiseaux.
Antoine Duplan, L'Hebdo